Idée-lecture de la semaine

Chaque semaine nous vous proposons une Idée-lecture: un livre (ou un film) qui nous a plu, et qui peut-être vous plaira aussi...

 

Semaine du 23 mai 2022

L’Amérique entre nous par Aude Seigne, Zoé, 2021, 232 p. (Cote : R SEIG)

Pendant trois mois, un couple de trentenaires parcourt les Etats-Unis en voiture, un voyage rêvé et planifié en amont. Travaillant dans une agence de presse people, elle a pour mission d’interviewer les stars hollywoodiennes ; lui photographie les geais bleus et les loups ; tout les émerveille. La narratrice a pourtant un objectif plus important : elle aime deux hommes à la fois mais ne cesse de retarder le moment d'en parler à son compagnon…

L’autrice genevoise emmène le lecteur au fil des villes et des vastes paysages étasuniens, ravivant les souvenirs de ceux qui les auraient parcourus. Elle pose également des questions liées au couple : comment vit-il l’avortement ? Le polyamour est-il possible ? (IOL)

 

Semaine du 16 mai 2022

S’adapter par Clara Dupont-Monod, Stock, 2021, 170 p. (Cote : R DUPO)

Un jour, dans les Cévennes, "l'enfant" vient à naître. Peu de mois suffiront à constater qu'il est enfermé dans son corps et que s'il grandit, il ne saura ni parler, ni voir, ni bouger. Ce drame intime percute la fratrie et les parents qui feront tout pour affronter le drame, surmonter l'indifférence ou l'incompréhension de leur entourage. Fait original de ce magnifique roman, ce sont les pierres de la maison juchée au cœur de la forêt cévenole qui sont les témoins de ce bouleversement, et qui décrivent les transformations de la vie de la famille, en particulier de "l'aîné", de "la cadette" et d'un troisième personnage qu'il est mieux de découvrir sans le nommer. Au milieu d'une nature aimée et sublimée, entre révoltes, replis, tendresse et culpabilité, chacun va réagir avec son caractère, mais chacun va aussi recevoir de cet enfant "différent", un tribut lourd et fondateur.

Un récit empreint de douceur et d’une immense sensibilité, d’amour de la nature et des rapports humains ! (CJU)

 

Semaine du 9 mai 2022

La sagesse des loups par Elli H. Radinger, Trédaniel, 2018, 277 p. (Cote : 599.74 Loup)

L’auteure, ancienne avocate, passionnée, nous invite à une plongée dans l’intimité des meutes de loups. Sans formation scientifique, elle nous offre un regard différent, témoignage d’années d’observations.
On y découvre le fonctionnement des meutes, leur organisation hiérarchique, leurs lois, l’altruisme et la sagesse des individus qui les composent. Loin d’être une ode naïve à la beauté et à l’intelligence de ce super prédateur, les lois de la nature y sont aussi décrites. Combats entre meutes rivales, protection du territoire, chasse et mise à mort sont expliquées et mises en relations avec la vie de la meute.
Magnifiquement illustré, « La sagesse des loups » est un très bon ouvrage d’éthologie. (C.P.)

 

Semaine du 2 mai 2022

La patience des traces par Jeanne Benameur, Actes sud, 2022, 199 p. (Cote : R BENA)

Simon est psychanalyste. Un matin, le bol dans lequel il prend son café chaque matin se brise sur le carrelage de la cuisine. C’est pour lui le signe que le moment de faire une pause est arrivé. Pour répondre à son désir d’ailleurs, son ami Hervé lui réserve un séjour dans les îles Yaeyama, au Japon. Simon arrive dans une maison d'hôte tenu par les Itô : Akiko, qui parle français et collectionne les tissus japonais anciens et son mari Daisuke, céramiste pratiquant l’art du kintsugi, la réparation de céramiques brisées qui met en évidence les fêlures d’un trait doré. Simon, qui est venu chercher le repos et le silence, trouvera le calme et l’introspection nécessaires pour arriver à faire la paix avec lui-même.
De sa plume poétique et délicate, Jeanne Benameur nous accompagne dans un cheminement intérieur, et nous emmène dans un endroit hors du temps, où le silence soigne les blessures, où règnent la délicatesse et l’harmonie nécessaires à une renaissance. (J.P.)

 

Semaine du 25 avril 2022

La définition du bonheur par Catherine Cusset, Gallimard, 2021, 347 p. (Cote : R CUSS)

Deux femmes : Clarisse, ogre de vie, grande amoureuse et passionnée de l’Asie, porte en elle depuis l’origine une faille qui annonce le désastre ; Ève balance entre raison et déraison, tout en développant avec son mari une relation profonde et stable. L’une habite Paris, l’autre New York. À leur insu, un lien mystérieux les unit.

Un roman intense, qui présente le portrait sensible de ces deux femmes, des années 80 à nos jours ; le rapport qu’elles ont avec leur corps, l’amour, la maternité, le vieillissement et le bonheur. (IOL)

 

Semaine du 11 avril 2022

Tananarive par Sylvain Vallée et Mark Eacersall, Glénat, 2021, 116 p. (Cote : BD Vallée)

Amédée et Joseph sont les meilleurs amis du monde. Amédée, ancien notaire à la retraite, vit par procuration les aventure de Jo, le globetrotter qui a roulé sa bosse aux quatre coins du monde. Mais lors de sa séance quotidienne de gymnastique, Jo décède d’une toute bête crise cardiaque. La vie de son ami Amédée s’interrompt au même moment. Jusqu’à ce qu’il découvre que son ami n’est pas du tout né sous les tropiques comme il le prétendait. Sur quoi d’autre aurait-il pu lui mentir ? Bien décidé à faire la lumière sur tout cela, et à tenter de retrouver le fils de Jo pour lui offrir les fameux albums de Pinpin auxquels le baroudeur tenait tant, Amédée sort sa vieille décapotable qui n’a pas pris la route depuis des années, et va avaler les kilomètres à travers la France, malgré son grand âge et ses rhumatismes.
A la fois enquête et récit intimiste, cette bande dessinée est remplie d’un humour tendre et nous offre un moment délicieux de lecture. (J.P)

 

Semaine du 4 avril 2022

La communion [DVD] par Jan Komasa, 2019, 116 min. (Cote : F(Pol) COMM)

A l’âge de 15 ans, Daniel a commis un meurtre qui lui a valu d’être envoyé dans un centre de détention pour la jeunesse où il s’est découvert une vocation spirituelle. Le jeune Polonais a désormais 20 ans et s’apprête à sortir. Son crime lui interdisant l’accès aux études de séminariste (son plus cher désir), il se résout à traverser le pays pour rejoindre un village isolé où l’attend un programme de réinsertion dans une entreprise de menuiserie. Sur place, un concours de circonstances lui fournit l’occasion rêvée de se faire passer pour prêtre. Et d’officier dans la paroisse du hameau où les prêches qu’il dispense, avec ardeur et sans se soucier du dogme, vont réveiller toute la communauté, allant jusqu’à ramener au sein de l’église ceux qui l’avaient désertée…
Le cinéaste polonais Jan Komasa s’est inspiré d’une histoire vraie pour raconter le parcours d’un jeune meurtrier (magnifiquement interprété par l’acteur polonais Bartosz Bielenia) sauvé par son engagement dans l’Eglise. (CJu)

 

Semaine du 28 mars 2022

555 par Hélène Gestern, Arléa, 2022, 448 p. (Cote : R GEST)

C’est en défaisant la doublure d’un étui à violoncelle que Grégoire Coblence, l’associé d’un luthier, découvre une partition ancienne. A-t-elle été écrite par Scarlatti, comme il semble le penser ? Mais, à peine déchiffrée, la partition disparaît, suscitant de folles convoitises. Cinq personnes, dont l’existence est intimement liée à l’œuvre du musicien, se lancent à la recherche du précieux document sans se douter que cette quête éperdue va bouleverser durablement leur vie.
Roman choral écrit avec de courts chapitres, ce roman oscille entre intrigue, musique et histoire et invite ses lecteurs à découvrir la musique de Scarlatti – pour les personnes qui ne la connaissent pas déjà. (J.P.)


Semaine du 21 mars 2022

La femme et l’oiseau par Isabelle Sorente, Lattès, 2021, 390 p. (Cote : R SORE)

Lorsque sa fille, Vina, est exclue du lycée pour avoir menacé un camarade, Elizabeth décide de se réfugier avec elle en Alsace chez son grand-oncle Thomas. Dans cette maison en lisière de forêt, tous trois s'observent et s'apprivoisent. Malgré-nous, pris au piège de combats qu'ils n'ont pas choisis, ils le sont tous les trois : Thomas précipité dans le chaos du front de l'Est ; Elizabeth qui ne vit que pour sa fille et son travail ; Vina, l'adolescente emportée par une violence qui la dépasse. Bientôt la jeune fille est fascinée par ce grand-oncle qui communique avec les oiseaux et semble lire les pensées. Ces dons, Thomas les a acquis pendant la guerre. Quand il lui a fallu survivre dans les rangs de l'armée allemande, puis emprisonné au camp de Tambov. Quand il a rencontré le faucon pour la première fois.
Un roman qui alterne les époques et les lieux, de la Russie de 1945 à la France de 2018, où la nature est omniprésente. Une belle histoire de mémoire, de transmission, de résilience. (J.P.)

 

Semaine du 14 mars 2022

Vie de poète par Robert Walser, Zoé, 2006, 166 p. (Cote : 838.08 WALS)

Cet ouvrage regroupe vingt-cinq proses qui correspondent à une sorte d'autobiographie de Robert Walser. En effet, plusieurs figures de personnages qui ont accompagné sa carrière y sont cités dans ses proses tels que : son frère peintre, le critique, le public, le mécène en passant par les milieux artistiques ou l'éditeur, mais aussi Hölderlin, et puis, la grande route, la forêt, un poêle, un bouton, un vieux parapluie…

Et toujours la prose fine et sensible de Robert Walser, mélange de gravité et de légèreté, pour nous rappeler que tout peut être sujet d’émerveillement. (IOL)

 

Semaine du 7 mars 2022

La diagonale de la joie par Corine Sombrun, Albin Michel, 2021, 331 p. (Cote : V Chamane)

« Les esprits t'enseigneront », lui avait dit la chamane Enkhetuya au temps de son initiation en Mongolie au début des années 2000. Au cours des deux décennies qui ont suivi, l'expérience s'est muée en un extraordinaire voyage au cœur de la transe et de son expérimentation scientifique. Se prêtant à toutes les investigations de l'imagerie cérébrale, impliquant tous les domaines de la recherche en neurosciences mais aussi appliquant la transe à la création artistique, Corine Sombrun n'a de cesse d'élargir le champ perceptif de la connaissance. La transe et son induction par la seule volonté permet d'atteindre ce lieu du possible et de la joie qui peut reconfigurer toute vie. Le potentiel thérapeutique qui en découle est immense et les implications philosophiques dans la connaissance de soi et le rapport au vivant y sont des pistes aussi précieuses que stimulantes.
De la même manière qu’elle avait raconté son initiation au chamanisme, Corine Sombrun relate comment elle amène la transe cognitive en Occident à la portée de tous, sous un angle scientifique. On y apprend des choses étonnantes et on entrevoit différentes applications possibles. (J.P.)

 

Semaine du 28 février 2022

Solitudes par Niko Tackian, Calmann-Lévy, 2021, 315 p. (Cote : RP TACK)

Aussi épaisses soient les brumes qui les protègent, certaines vérités ne peuvent être oubliées. Elie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Il y a douze ans, une blessure par balle l'a laissé totalement amnésique. Depuis, il s'est reconstruit une vie dans cette région aux hivers impitoyables, aux brumes si opaques qu'elles vous égarent en deux pas. Alors qu'une tempête de neige s'abat sur le Vercors, des traces étranges mènent Elie jusqu'à l'"arbre taillé", un pin gigantesque dressé comme un phare au milieu de l'immensité blanche. Une femme nue est pendue à ses branches. Cette macabre découverte anime quelque chose sur la toile vierge des souvenirs d'Elie. La victime est un message a son intention, il en est certain. Et il est terrifié.

Dans ce roman à l’ambiance glaciale, Niko Tackian s’affirme définitivement comme une valeur sûre du thriller à la française. Du pur et grand thriller ! (MGA)


Semaine du 21 février 2022

Lorsque le dernier arbre par Michael Christie, Albin Michel, 2021, 589 p. (Cote : R CHRI)

2038. Les vagues épidémiques du Grand Dépérissement ont décimé tous les arbres et transformé la planète en désert de poussière. L'un des derniers refuges est une île boisée au large de la Colombie-Britannique, qui accueille des touristes fortunés venus admirer l'ultime forêt primaire. Jacinda y travaille comme guide, sans véritable espoir d'un avenir meilleur. Jusqu'au jour où un ami lui apprend qu'elle serait la descendante de Harris Greenwood, un magnat du bois à la réputation sulfureuse.

Récit foisonnant et poignant, où l’on remonte jusqu’à l’origine de la famille Greenwood, en 1908. Gros coup de cœur pour ce roman magistral d’un bout à l’autre ! (IOL)


Semaine du 31 janvier 2022

Je suis l’abysse par Donato Carrisi, Calmann-Lévy, 2021, 345 p. (Cote : RP CARR)

L'homme qui nettoie rôde autour de nous. Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies. En particulier sur celles des femmes seules. Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère. La chasseuse de mouches, elle, tente de sauver les femmes en péril. Et elles sont nombreuses... Surtout quand l'homme qui nettoie rôde autour d'elles.
Ce thriller bien mené traite en sous texte de la complexité des relations parents enfants et de cet amour qui n’est pas forcément évident. Il démontre que les traumatismes de l’enfance ou de notre propre histoire ont un impact violent sur les futures obsessions et déviances. MGA


Semaine du 24 janvier 2022

Le château des animaux par Xavier Dorison et Félix Delep, Casterman, 2019, 2 vol. (Cote : BD Château des animaux)

Rire, c’est déjà ne plus subir. Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au cœur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bengalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire… Premier tome d’une série prévue en quatre volumes, "Le Château des animaux" revisite "La Ferme des animaux" de George Orwell (1945) et nous invite à une multitude de réflexions parfois très actuelles.
Une fable politique animalière, où les auteurs livrent un plaidoyer en faveur de la désobéissance civile par la non-violence, inspirée par Gandhi. Les animaux sont très bien représentés, avec des expressions humanisées. Un graphisme très élégant qui sert admirablement le propos. Une vraie réussite. (J.P.)

 

Semaine du 17 janvier 2022

La patience du serpent par Anne Brecart, Zoé, 2021, 189 p. (Cote : R BREC)

Christelle et Greg ont choisi la vie nomade. Ils ont la trentaine et sillonnent le monde en minibus avec leurs deux petits garçons. Amateurs de surf, ils s’installent là où se trouvent les meilleurs spots, vivent de petits boulots et d’amitiés éphémères. Le vent les mène jusqu’à San Tiburcio, un joli petit village touristique. Mais il faut s’habituer au soleil implacable, au grondement de l’océan, aux pluies diluviennes des tropiques. Un jour, Ana Maria, une jeune femme du village, fait irruption dans leur vie et va bouleverser la famille.

Un beau roman empreint d’étrangeté, sur l’intimité et les racines profondes qui nous rattachent à l’existence… (IOL)


Semaine du 10 janvier 2022

La dernière neige par Arno Camenisch, Quidam éd., 2021, 103 p. (Cote : R CAME)

Une station de ski miniature dans les Alpes des Grisons suisses. Le décor est minimal : une cabane, un téléski, une pelle et une fraiseuse à neige, quelques outils. Paul et Georg attendent les skieurs en ce début de saison poussive et tuent le temps en jouant aux cartes, pelletant le peu de neige fraîchement tombée. Cette neige qui pourrait être la dernière, car demain est incertain. Les journées s'égrènent, monotones, rythmées par le ronronnement du téléski tandis que sourd, dans les récits et discours de ces "Vladimir et Estragon en bonnet de laine", une inquiétude face à un monde qui n'est plus le leur.
Vrai coup de cœur, dans la lignée de « Ustrinkata » (quidam éd., 2020) : un langage fleuri du terroir, très bien traduit, à la limite de l’absurde ! (IOL)

* * * * * * * * * *

Archives

Janvier-juin 2015

Août-décembre 2015

Janvier-juin 2016

Août-décembre 2016

Janvier-juin 2017

Août-décembre 2017

Janvier-juin 2018

Août-décembre 2018

Janvier-juin 2019

Août-décembre 2019

Janvier-juin 2020

Août-décembre 2020

Janvier-juin 2021

Août-décembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malvoyant
Thème par défaut